A paraître: Nostalgies contemporaines – Médias-cultures et technologies (Presses Universitaires du Septentrion)

COMING SOON:

Fantin, Emmanuelle; Fevry, Sébastien; Niemeyer, Katharina (éd.), Nostalgies contemporaines. Médias, cultures et technologies, Presses Universitaires du Septentrion, 2020.

Capture d’écran 2020-06-18 à 15.25.04

La nostalgie est devenue une ressource fondamentale de la culture médiatique contemporaine. Les séries télévisées au look rétro, l’amour du vintage et des meubles patinés, le déferlement du rétro-gaming ou encore les commémorations (muséales) d’un passé souvent idéalisé peuplent désormais notre quotidien. La nostalgie est pourtant bien plus qu’une simple rétrogradation temporelle, et c’est ce que les auteur.e.s de cet ouvrage entendent démontrer à travers des réflexions critiques et des cas d’études originaux et inédits. Comment comprendre la passion pour les photographies de maisons en ruines ? Qu’est ce qui nous pousse à regarder en boucle nos séries préférées ou celles de notre enfance ? Pourquoi écrire aujourd’hui une carte postale qui sera reçue en 2042 ? Voici quelques-unes des nombreuses questions auxquelles cet ouvrage collectif transdisciplinaire. Le premier en langue française – propose d’offrir des pistes de réponse.

Le premier ouvrage scientifique francophone qui interroge les expériences culturelles et médiatiques de la nostalgie dans le monde contemporain.

Emmanuelle Fantin est maître de conférence au CELSA – Sorbonne-Université et chercheuse au GRIPIC (Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication). Elle est membre du comité de rédaction des revues Le Temps des Médias et de Time & Society.

Sébastien Fevry est professeur à l’Ecole de Communication de l’Université catholique de Louvain. Il est coordinateur du GIRCAM (Groupe Interdisciplinaire de Recherche sur les Cultures et les Arts en Mouvement). Ses recherches portent principalement sur le cinéma et les narrations visuelles.

Katharina Niemeyer est professeure à l’Université du Québec à Montréal (École des médias, Faculté de communication). Elle est membre régulière du CELAT (Centre de recherche et laboratoires Cultures – Arts –Sociétés) et membre associée du CRICIS (Centre de recherche interuniversitaire sur la communication, l’information et la société).

Vient de paraître: special issue on Media and Terrorism. From live-tweets to archives of the future (Media, War & Conflict)

Special Issue: Media and Terrorism in France. (2019). Media, War & Conflict, 12(2) – https://journals.sagepub.com/toc/mwca/12/2
Ed. Katharina Niemeyer and Staffan Ericson

From live-tweets to archives of the future: Mixed media temporalities and the recent French terrorist attacks

Alongside the “arrival” of digital communication technologies in the 20th century, the experience of time appears to have been altering. Hartmut Rosa (2013) has labeled this phenomenon social acceleration and François Hartog (2014) has analysed the regime of presentism in relation to the difficulty for historical narratives to take shape. These tendencies, presumably reinforced with the Web 2.0 and other forms of digital capitalism (Wajcman, 2015), concern everyday life communication, the work place, economic and financial exchanges but also the routines of journalists, newsrooms and war correspondents (see Risso, 2017). This evolution has at the same time fostered the so-called slow movements, such as slower journalism or slow food: forms and expressions of resistance or at least tendecies of (commodified) deceleration. These temporal shifts and interplays are also of importance when it comes to the question of terrorism, its organization and mediatization.
This special issue does not focus on the way terrorist organizations adapt to these new temporal realities or how they use communication technologies. Rather, it is interested in how these social changes transform and perform – or not (the idea of social acceleration is not the explanation for everything) – the way news media narrate terrorist attacks, how the reactions to the latter are shared in (online) social media and how the public and institutions try to archive traces of the event for future historical and commemorative work.

INTRODUCTION
From live-tweets to archives of the future: Mixed media temporalities and the recent French terrorist attacks
Katharina Niemeyer and Staffan Ericson
https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/1750635219853891 (free access)

‘We are at war’: Continuity and rupture in French anti-terrorist discourse
Julien Fragnon
https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/1750635219846035

Paris and Nice terrorist attacks: Exploring Twitter and web archives
Valérie Schafer, Gérôme Truc, Romain Badouard, Lucien Castex
and Francesca Musiani
https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/1750635219839382 (free access)

From tweets to graffiti: ‘I am Charlie’ as a ‘writing event’
Maëlle Bazin
https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/1750635219839395 (free access)

The front page as a time freezer: An analysis of the international newspaper coverage after the Charlie Hebdo attacks
Katharina Niemeyer
https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/1750635219839378

Charlie Hebdo, 2015: ‘Liveness’ and acceleration of conflict in a hybrid media event
Johanna Sumiala, Minttu Tikka and Katja Valaskivi
https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/1750635219846033

1989-2019/ Berlin, je me souviens – Berlin, ich denk an Dich

Capture d’écran 2019-09-14 à 09.07.12

Open House as part of the Journées de la culture

The Goethe-Institut and the Faculté de communication de l’UQAM cordially invite you to come and mark the 30th anniversary of the fall of the Berlin Wall as part of the Journées de la culture. Programme:

Exhibition
The Wall – A Border through Germany

The history of the Berlin Wall and of the inner-German border is documented on 20 large-format posters. On display are a number of impressive photographs and documents from the archives of the newspapers Bild and Die Welt. Addressed themes are the GDR’s border regime and its victims, escape helpers and flight, everyday life along the inner-German border and within the partitioned city, as well as the joyful overcoming of Germany’s partition during the Peaceful Revolution in 1989.
www.goethe.de/canada/wall​

1989-2019/ Berlin, je me souviens – Berlin, ich denk an Dich
From the peaceful revolution and merchandization of (n)ostalgia to Rammstein: exhibition, performances, panel discussion
3:00 p.m.: exhibition
5:00 – 6:00 p.m.: panel discussion with UQAM students and film director Catherine Veaux-Logeat (Entre mer et Mur)
6:00 – 7:30 p.m.: musical performance

Partners : Le Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC)
CELAT – Centre et laboratoires de recherche Arts-Cultures-Sociétés

In the summer of 2019, students enrolled in communication, history, music, literature or the German language certificate at UQAM were able to grasp the history and particular stories relating to Germany and Europe, 30 years after the fall of the Berlin Wall. During the 6th edition of the Berlin Summer School, they produced films, reports, interviews, photographs, essays, stories, travel diaries and podcasts as part of the courses offered by Sebastian Döderlein (language school, UQAM) and Katharina Niemeyer (media school, UQAM, CELAT). Many of these works will be exhibited and presented on September 28, 2019 at the Goethe Institut and some productions will be posted online: https://berlinprague2019.uqam.ca/.

De la chute du mur de Berlin au 11 septembre 2001

De la chute du mur au 11 septembre 2001Niemeyer, Katharina, De la chute du mur de Berlin au 11 septembre 2001 – Le journal télévisé, les mémoires collectives et l’écriture de l’histoire, Antipodes : Lausanne, 2011, 342p.

NOTES DE LECTURE:

DAVID CARR (historien): De la chute du mur de Berlin au 11 septembre 2001 le journal t l vis les memoires collectives et l criture de l histoire

François Robinet (historien): https://www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2012-1-page-255.htm

De nombreux ouvrages portent sur l’histoire de et à la télévision. En revanche, la question de l’importance de ce média en tant qu’acteur spécifique de l’histoire ou en tant que constructeur des mémoires collectives reste souvent en suspens.

Cet ouvrage s’intéresse au lien qu’entretient le journal télévisé avec l’histoire, la mémoire et l’historiographie. Ancré dans une apparente démarche d’actualité, le journal télévisé est également la plateforme d’une expérience du temps présent historique. Les images de la chute du mur de Berlin et du 11 Septembre 2001 en sont des exemples.

L’analyse de ces deux événements et de leur commémoration montre que le journal télévisé intervient dans la construction des mémoires collectives et révèle également que la télévision s’insinue parfois dans le déroulement même de l’événement, devenant ainsi un acteur de l’histoire en cours.

De plus, les années 1990 sont marquées par de profonds changements sur les plans politique et médiatique. L’essor des nouvelles technologies permet au journal télévisé de proposer un direct encore plus performant. C’est ainsi que le 11 Septembre 2001 présente l’apogée tragique d’une évolution qui a commencé avec la chute du communisme. La télévision est prise en otage et raconte ainsi une tout autre histoire.

Contenu:

 I. De l’information à l’histoire

Réflexions sur la télévision, le journal télévisé, la mémoire et l’histoire

  • La télévision entre métamorphoses et événements
  • La mémoire – de la phénoménologie bergsonienne au journal télévisé
  • La mémoire collective, les archives et l’éphémère
  • Les dimensions historiques du journal télévisé

II. La chute du mur de Berlin – du direct à la commémoration

La chute du mur de Berlin – une expérience du temps présent

  • Les différentes formes du direct
  • Un récit médiatique et historique
  • Entre récit et expérience historique du temps présent

La chute du mur – Commémoration, souvenirs et habitudes

  • L’actualité au coeur du journal télévisé – Une mise en scène dominée par le «présent»
  • La mise en scène des témoignages et d’autres personnages
  • Une page très spéciale sur France 2 – L’actualité est sous le signe du mouvement
  • Le 10e anniversaire de la chute du mur de Berlin
  • La mémoire omniprésente: la mort de Charles de Gaulle et la nuit des pogroms de 1938

Dix anniversaires ou comment le journal télévisé fabrique le souvenir

III. Les métamorphoses médiatiques et politiques dans les années 1990 et le 11 septembre 2001

Tout demeure autrement

  • La société de l’information – Une mise en scène des nouvelles technologies
  • La brèche dans le mur, dans le récit médiatique et dans le monde politique

Le 11 septembre 2001 – le direct qui frappe l’écran

  • L’ennemi (in)visible et l’omniprésence de la fiction
  • Oscillations temporelles et expériences historique

Conclusions et perspectives

Participation – For the Time Being – Snapchats of the Past and #Instant_nostalgia

Thanks to the organizers for having invited me to contribute to this performance!

Capture d’écran 2019-05-10 à 15.57.47

For the Time Being is curated by six postgraduate students seeking to explore the shifting responsibilities of institutions in this networked age, as part of the MA Curating Contemporary Art Programme Graduate Projects 2019 at Royal College of Art, London. The exhibition is produced in collaboration with The Photographers’ Gallery.

For the Time Being is an experimental programme of photo-performance, conceived as a response to the everyday presence of social media. The project invites 5 international contemporary artists Agil Abdullayev, Feng Mengbo, Max Grau and Tamara Kametani and artist collective Agorama to reflect on the role of image sharing networks in their personal lives.

Through a series of on and offline events and performances, the artists will interrogate the way in which popular apps like Snapchat, Whatsapp and Instagram have affected understandings of intimacy, digital connectedness and notions of personal and collective memory.

The project uses Snapchat, an app devised to share intimate, disappearing images, as a central protagonist. Originally designed with unique features of instantaneity, intimacy and ephemerality, Snapchat quickly rose to cult popularity amongst a generation of millennials who used it to develop a means of communication that was playful, creative, subversive, and entirely their own. Today, the artists featuring in For the Time Being use Snapchat as a medium and a tool through which they reflect on debates within contemporary social media. The programme, therefore, presents an assemblage of ideas reflecting on big issues such as internet identities, fake news and data privacy, to more personal encounters of nostalgia and memory.

MORE: here

Capture d’écran 2019-05-10 à 13.48.44

25 janvier 2019 conférence-séminaire à venir: Dé-penser la nostalgie (du futur)

Séminaire axe 4: Ancrages critiques

De 9:30 à 12:30J-2626 (UQAM)

Dans le cadre des séances des 25 janvier et 22 février 2019, le séminaire de l’Axe 4 du CRICIS en Épistémologies critiques de la culture et de la communication a pour objectif d’interroger ce que nous entendons par le terme « critique » dans le cadre de nos propres travaux. Autrement dit, quel est la dimension critique de notre propos ? Quatre collègues se sont posés cette question en partant de leurs propres recherches.

Nous pourrons constater dans quelle mesure leurs définitions de ce qu’est la critique sont plus ou moins proches, plus ou moins convergentes.

Conférencières invitées:

  • Hélène Bourdeloie, professeure à l’Université Paris 13 et chercheure au LabSIC
  • Katharina Niemeyer, professeure à l’UQAM et co-fondatrice de l’International Media and Nostalgia Network

Ce séminaire est organisé par l’axe 4 du CRICIS, Épistémologies critiques de la culture et de la communication.

Ce séminaire est gratuit et ouvert à toutes et tous!


Hélène Bourdeloie : Faire du terrain en Arabie saoudite en tant qu’Occidentale féministe. Privilège ou handicap épistémique?

Résumé
D’après une enquête conduite à Riyad sur les usages du téléphone mobile intelligent (smarphone) par les femmes saoudiennes (48 questionnaires en ligne et 28 entrevues conduites auprès de Riyadiennes), l’objectif de cette intervention est de questionner mon positionnement, ma posture critique et mes caractéristiques de chercheure dans la cadre d’un terrain « sensible » et de comprendre dans quelle mesure ils ont pu l’affecter. Compte tenu du poids surplombant des normes de genre, religieuses et des hiérarchies sociales, mon enquête à Riyad a en effet supposé, de bout en bout de l’enquête, des précautions spécifiques et, après coup, un protocole d’enquête peu canonique. Sur ce terrain, mon type occidental, mon positionnement épistémologique féministe – bien que tu –, mes traits biologiques ou identitaires tels que mon âge, ma situation matrimoniale, mon sexe ou genre, ont pu tantôt constituer un privilège, tantôt un handicap épistémique. Ce sont ces relations d’enquête que je souhaite interroger selon une perspective féministe, à savoir critique, qui défend une vision « impure » de la pratique scientifique.

Suggestions de lecture
Bourdeloie H., Gentiloni Silveri C., Houmair S. (2017), « Saudi Women and Socio-Digital Technologies: Reconfiguring Identities », CyberOrient, vol. 11, n° 1,http://www.cyberorient.net/article.do?articleId=9822

Bourdeloie H. (2013a), « Les dispositifs expressifs numériques et la question des rapports sociaux de genre et de classe », in : Vacher B., Le Moënne C. et Kiyindou A., Communication et débat public : les réseaux numériques au service de la démocratie, Paris, L’Harmattan, p. 67-74. http://www.helenebourdeloie.org/Les-dispositifs-expressifs

Bourdeloie H. (2013b), « Ce que le numérique fait aux sciences humaines et sociales. Épistémologie, méthodes et outils en questions », tic&société, numéro « Mondes numériques : nouvelles perspectives de recherche », vol. 7, n° 2 | 2ème semestre 2013 : http://ticetsociete.revues.org/1500

Notice biographique
Hélène Bourdeloie est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité, chercheure au Labsic-Labex ICCA et chercheure associée au laboratoire COSTECH (UTC). Formée en sociologie et en sciences de l’information et de la communication, elle travaille sur les usages des technologies numériques en interrogeant notamment les rapports sociaux de genre et de classe. Ses derniers travaux portent sur les usages du numérique dans le cadre d’un processus de deuil et de la survivance des données des morts. Elle travaille actuellement sur les usages du mobile connecté par les femmes en Arabie Saoudite. Dernier ouvrage : Bourdeloie H. et Chevret-Castellani (sous presse), L’impossible patrimoine numérique. Mémoire & traces, Lormont, Le bord de l’eau.

Katharina Niemeyer: Dé-penser la nostalgie (du futur)

Résumé
Nostalgie, quand tu nous tiens : entre rétro et vintage, nos coeurs balancent (ou pas). L’engouement pour le passé – ses images, objets et produits – n’est pas nouveau mais très présent depuis le milieu des années 2000; que ce soit en Afrique, Asie, en Europe ou dans les Amériques. La nostalgie nous fait dépenser (de l’argent et de l’énergie), mais contrairement aux idées reçues, elle n’est pas forcément une question du passé. Elle se noue davantage au présent et au futur; ses croisements avec l’utopie et la mélancolie sont forts et nous offre la possibilité de la dé-penser.

Les recherches portant sur la nostalgie en lien avec les technologies et les média(s) n’ont cessé d’augmenter ces cinq dernières années. Elle peut être analysée sous l’angle de la marchandisation, de l’écologie, de l’abus politique, du mal du pays (sa signification initiale) ou encore sous l’angle de la créativité artistique. Les chercheur.e.s de différents domaines universitaires interrogent la place de ce sentiment dans les communautés en ligne, ses mises en forme esthétiques ou encore sa présence dans diverses productions médiatiques telles que les séries télévisées, les jeux vidéo ou les long métrages au cinéma. Les études et réflexions montrent que la nostalgie comme thématique ou objet de recherche demande un ancrage critique et transdisciplinaire afin de saisir ses multiples facettes.

Suggestions de lecture
Heijden, van der, T. (2015) ‘Technostalgia of the Present: From Technologies of Memory to a Memory of Technologies’, NECSUS. European Journal of Media Studies, 4 (2), pp. 103-121

Niemeyer Katharina, « Désigner l’âge d’or : médias et nostalgies d’un espace et d’un temps (a)dorés », Le Temps des médias, 2016/2 (n° 27), p. 16-30. DOI : 10.3917/tdm.027.0016.
URL : https://www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2016-2.htm-page-16.htm

Niemeyer Katharina, « Du mal du pays aux nostalgies numériques. Réflexions sur les liens entre nostalgie, nouvelles technologies et médias », Recherches en communication, 2018 (n° 46), p. 5-16. URL: http://sites.uclouvain.be/rec/index.php/rec/article/view/10763

Notice biographique
Katharina Niemeyer est professeure à l’École des médias (Faculté de communication, UQAM) et co-fondatrice de l’International Media and Nostalgia Network. Ses travaux portent sur les temporalités médiatiques, la mémoire et l’histoire et depuis quelques années sur les question relevant de la nostalgie. Actuellement elle coordonne deux projets de recherche. Le premier porte sur les communautés nostalgiques en ligne (projet de recherche soutenu par le FRQSC) et le second interroge la médiatisation du « terrorisme » dans une perspective diachronique (projet de recherche soutenu par le CRSH).

6 décembre: 10 000 CARTES POSTALES POUR 2042 – Nostalgie du futur en vue du 400ème anniversaire de Montréal

Guillaume Duval, co-directeur artistique, Comptoir public

Katharina Niemeyer, professeure, École des médias, UQAM

Magali Uhl, professeure, Département de sociologie, UQAM

À l’occasion des festivités entourant le 375ème anniversaire de Montréal, l’organisme Comptoir public, associé à des artistes et à des médiateurs culturels, a lancé le projet « Les Postes du futur ». Durant l’été 2017, à bord d’un camion aménagé en bureau postal, le groupe a sillonné les dix-neuf arrondissements de la ville en vue de récolter les messages des résidents sur des cartes postales imprimées qui seront acheminées dans vingt-cinq ans aux destinataires de leur choix. La richesse du projet de récolte de récits et de médiation dans l’espace public, comme celle du matériau ouvre de nombreuses pistes d’analyse. Dans le cadre de cette présentation, nous allons revenir sur la genèse du projet, puis confronter l’analyse thématique d’une sélection de cartes postales et du site web de l’initiative, aux résultats d’un focus group mené avec des instigateurs du projet, deux artistes, et une postière/médiatrice afin d’interroger les facettes des imaginations et des possibles nostalgies du futur que contient et exprime ce corpus composite.

Entrée libre, DC-2300 – 279, rue Ste-Catherine Est – 2e étage – 12h45 à 14h

Capture d_écran 2018-11-16 à 09.49.26

Upcoming talk: nostalgiArt. between time-, homesickness and the performative role of nostalgia (keynote) / School of the Art Institute of Chicago’s Department of Art History, Theory, and Criticism

Graduate symposium, “Reminiscing/Reinventing”; in relation to the exhibition: Recipes for Madeleines.

Conference Schedule:

    • 09:30 – 09:45: Opening remarks
    • 09:45 – 11:15: Panel 1
      • Bryan LeBeuf, Simulacrum I: Home Movies
      • Alexandre Saden & Hande Lara Sever, The hope, the end: Sabbatai Zevi and nostalgia for the Apocalypse
      • Ana Stojanovic, Embodied Memory and Mass Performances in the Context of the Former Yugoslavia(s) and the Republic of Serbia
    • 11:20 – 12:50: Panel 2
      • Megan Fariello, Mediating the Upside Down: Stranger Things and the Techno-Historical Acoustic
      • Jennifer Smart, Neon Nostalgia: Vaporwave’s Unconscious
      • Teresa Retzer
    • 12:50 – 14:20: Lunch break
    • 14:20 – 15:50: Panel 3
      • Morgan Green, Old Words by New Means: AI, Poetry, and Nostalgia
      • Julia Sharpe, Looking out Windows: Between Cruel Optimism & The Image of Nostalgia
      • Susan Mackey, Dreams of the South: Racial Fantasy in the Plantation Photographs of Clarence John Laughlin
    • 16:00 – 17:00: Keynote speech by Katharina Niemeyer

Capture d_écran 2018-09-17 à 16.11.22

 

 

 

Upcoming talk: From the live-event to history: the fall of the Berlin Wall, television news and (n)ostalgia

Katharina Niemeyer | From the live-event to history: the fall of the Berlin Wall, television news and (n)ostalgia

Drawing upon a reflection on different types of historical narratives and memory layers that are shaped and created by television news, Katharina Niemeyer will discuss the transition from the live-broadcast event of the fall of the Berlin Wall, to televisual forms of commemoration and forgetting, and continue through to expressions of ostalgia (the nostalgia of the East) in media cultures and in current online communities. This talk will focus on theoretical concepts and reflections developed by historians, philosophers and media scholars on time, media events, memory and history and puts them in relation to the media-temporality shifts of the last thirty years.

http://www.mediahistoryresearch.com

April 9 | 4:30 – 6 PM
Milieux Institute EV 11.705
Concordia University
1515 St. Catherine St. W 

Capture d_écran 2018-03-19 à 19.03.12