Automne 2021 – La place de l’archive dans les recherches actuelles en communication

Automne 2021
L’archive, la mémoire et l’histoire dans les recherches actuelles en communication
Mercredi 14h00-17h00 ou jeudi 9h30-12h30
FCM913X
Avec l’avènement du numérique, la place de l’archive, de la mémoire et de l’histoire a
basculé vers de nouveaux horizons épistémologiques, théoriques, mais aussi
pragmatiques. Le passé devient autrement (in)accessible via les archives en ligne ou la
numérisation de documents sensibles (sur le plan matériel ou symbolique) et ouvre ainsi
des possibilités de recherche diverses pour les recherches en communication qui
s’intéressent à la longue durée, mais pas uniquement. Car dans ce mouvement du et
avec le passé, de ses réitérations numériques diverses émerge aussi la possibilité de
réécrire ou pour le moins réinterroger l’histoire dans une perspective décoloniale et
intersectionnelle. De plus, l’archive est une potentielle source historiographique pour les
études en communication et en études médiatiques; permet donc d’interroger les
archives cinématographiques ou vernaculaires, par exemple, ou encore d’investiguer les
premiers temps du Web et de retracer l’histoire de l’Internet.
Ainsi, ce cours souhaite aborder la question de l’archive dans ses dimensions communicatives et médiatiques en réfléchissant sur sa place dans
les recherches portant sur les médias d’information, le cinéma, la création télévisuelle, la
performance artistique ainsi que les réseaux socionumériques tout en interrogeant
les formes et les contenus que les archives peuvent prendre : esthétiquement,
politiquement ou socialement parlant. Il s’agira également de réfléchir sur les approches
théoriques et méthodologiques récentes et changeantes qui accompagnent la réflexion
sur l’archive comme par exemple l’archéologie des médias, l’intermédialité, histoire des
communications, memory studies.
Le cours offrira une formation théorique transdisciplinaire, des ateliers expérimentaux,
des visites d’archives virtuelles ou physiques (le CRIP à l’UQAM, par exemple) et il y aura
également des rencontres avec des chercheur.e.s et professionnel.e.s dont la réflexion
et la pratique se fait avec, via et pour l’archive.